Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2008

Euro contre emploi

EADS et Safran viennent d’annoncer que la hausse de l’euro va conduire à la fermeture de sites et d’activités en Europe. Nicolas Sarkozy a du coup logiquement dénoncé les ravages de l’euro fort. Mais comme d’habitude, il ne met pas ses actes en cohérence avec ses mots.

Les articles du Figaro et du Monde montrent bien à quel point la surévaluation de l’euro face au dollar représente un danger pour l’économie européenne. Louis Gallois, patron d’EADS, utilise des mots forts qui montrent à quel point la situation actuelle est préoccupante : « asphyxie », « marges laminées »… Il souligne qu’Airbus se fournit de plus en plus aux Etats-Unis pour contrer la hausse de l’euro. Traduction : les fournisseurs européens perdent des contrats… Safran, un fournisseur important des fabricants d’avion indique également qu’il investit pour augmenter sa capacité de production en dehors d’Europe. Les fleurons de notre industrie quittent l’Europe à cause du niveau de l’euro… Comme le dit Louis Gallois, « si cela continue, l’industrie exportatrice fuira l’Europe ».

Depuis sa campagne électorale, sans doute sous l’influence d’Henri Guaino, Nicolas Sarkozy dénonce à raison le niveau de l’euro. Il est le chef d’Etat européen le plus en pointe dans la dénonciation du niveau de la monnaie unique. Mais les niveaux actuels ont même provoqué des déclarations des autres pays qui commencent à comprendre les conséquences dramatiques pour l’industrie exportatrice européenne. Malheureusement, Nicolas Sarkozy ne met pas ses actes en rapport avec ses mots. En accédant à la présidence de la république, il avait une occasion historique de renégocier les statuts de la BCE lors de la négociation du traité du Lisbonne. Il n’en a rien fait, ce qui rend ses critiques actuelles assez hypocrites car dans les faits, il n’a pas agi pour changer les choses.

Il y a pourtant une multitude de solutions à la crise de changes actuelle. Les statuts de la BCE pourraient être modifiés pour inclure la croissance et l’emploi comme des objectifs au même titre que la stabilité des prix, comme pour la banque centrale américaine. On peut également se poser la question de l’indépendance de la BCE : après tout, la gestion de la monnaie ne devrait-elle pas, comme le budget, être confiée à des politiques ? A l’extrême, les divergences des pays de la zone « euro » et ses mauvaises performances économiques pourraient remettre en cause la monnaie unique, dont la théorie économique contestait et conteste toujours sérieusement la pertinence.

Comme toujours, l’avocat Nicolas Sarkozy fait le beau parleur. Malheureusement, pendant ce temps, les emplois fuient l’Europe et la France. Il est grand temps que le président de la république passe aux travaux pratiques : ce n’est pas le manque de solutions qui peut l’en empêcher.

Source : http://www.lefigaro.fr/societes-francaises/2008/03/26/04010-20080326ARTFIG00574-eads-le-double-avertissement-de-gallois.php

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/03/27/safran-reagit-a-la-hausse-de-l-euro-en-accelerant-les-delocalisations_1028008_3234.html#ens_id=1017655

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/03/19/la-faiblesse-du-dollar-va-accelerer-les-delocalisations-dans-l-aeronautique_1024968_3234.html#ens_id=1017655

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/03/28/a-londres-nicolas-sarkozy-fustige-l-euro-fort-et-le-capitalisme-de-la-frivolite_1028204_3214.html#ens_id=1026862

Commentaires

Pourrais tu m'envoyer tes articles les plus intéréssants sur l'Economie et la Société . Merci . Tu dois avoir mon email .

Écrit par : Villepiniste | 29/03/2008

@ Villepiniste

Pas de problème mais peux-tu m'envoyer un mail (mon mail se trouve dans l'a propos) et me dire pour quoi tu en as besoin pour que je cible au mieux les articles que je t'envoie.

Écrit par : Laurent, gaulliste libre | 29/03/2008

L'argumentaire contre l'euro devient un lieu commun. On se demande juste comment font les allemands pour exporter autant. Serait-ce que l'euro n'est pas le vrai problème?

Écrit par : Reger | 30/03/2008

@ Reger,

Trois explications à l'excédent commercial allemand :
1- une spécialisation industrielle dans des domaines où les allemands sont quasiment en monopole, ce qui rend leurs produits pas toujours substituables
2- un effort drastique pour diminuer le coût du travail depuis quelques années, ce qui a amélioré la compétitivité du pays
3- une demande intérieure qui n'a quasiment pas augmenté depuis dix, ce qui créé un décalage avec la croissance de la demande mondiale, poussant ainsi l'excédent commercial

Écrit par : Laurent, gaulliste libre | 30/03/2008

"La bourgeoisie française se meurt, sans le savoir, du Franc à 65 milligrammes d'or comme le nègre d'Afrique Centrale se meurt de la tuberculose sans savoir que c'est le bacille de Koch qui le ronge. Mais au moins, le nègre ne crie pas :"Vive le bacille de Koch !".
Paul Reynaud (1936)

cité en 1996 par Nicolas Baverez, in "Petit décodeur de la pensée unique"

Écrit par : Géry | 04/04/2008

Écrire un commentaire