Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2010

Le modèle de développement asiatique est protectionniste

C’est un des mythes les plus tenaces de la théorie économique : les développements du Japon, de la Corée du Sud et de la Chine démontreraient les bienfaits du libre-échange. Et si c’était l’inverse qui était vrai ?

Libre-échange chez les autres, protectionnistes chez eux

En fait, voilà la réalité du développement économique de ces pays. Grosso modo, les plus grandes puissances économiques du Sud-est Asiatique comptent sur l’ouverture commerciale des autres pays pour exporter un maximum tout en protégeant fortement leur marché intérieur et leurs entreprises. Ce n’est pas un hasard si plus de 95% des voitures vendues dans ces trois pays sont produits localement, contrairement à ce qui se passe aux Etats-Unis et en Europe…

L’exemple de la Chine est particulièrement parlant. Il y a une vingtaine d’années, ce pays a décidé de développer une industrie automobile. L’Etat a donc mis en place des droits de douane de plus de 100% sur les importations de véhicules, imposant à tous les constructeurs de construire des usines de montage sur place. Et pour s’assurer un transfert de technologie, la Chine a également imposé qu’un partenaire local détienne la moitié de l’entreprise.

Dans un second temps, la Chine a remonté les droits de douane sur les pièces détachées pour faire venir l’ensemble de la filière sur son territoire. Enfin, une fois la pompe amorcée, les droits de douane sur les véhicules importés ont été diminués (à 35% tout de même) et les anciens partenaires des constructeurs occidentaux ont commencé à produire leurs propres véhicules, souvent des copies de modèles occidentaux au démarrage, avant de passer à la phase exportation, pour bientôt.

Un modèle dirigiste, protectionniste et patriote

Même si chemin n’est pas exactement le même, il est difficile de ne pas voir dans la politique de la Chine une réplique du modèle japonais. Les pays asiatiques ont compris que s’ils avaient ouvert de manière anarchique et dogmatique leur marché intérieur, alors, ils n’auraient pas pu construire une forte industrie. Il est essentiel de protéger une industrie naissante pour lui permettre de se développer et de se tourner ensuite vers l’exportation. Voilà ce que montre le modèle asiatique.

Mais ce qui est très intéressant également est de voir que les pays asiatiques conservent une protection de leur marché intérieur, comme le montre cet article de Marianne 2, favorisant par des normes et des règlements leurs industriels au détriment des industriels occidentaux. Ce patriotisme économique donne une base arrière solide aux entreprises locales, qui, si elle entretient sans doute des prix plus élevés, assure une stabilité propice aux investissements pour l’avenir.

Le modèle de développement asiatique, bien loin des idéaux néolibéraux, est un modèle de développement dirigiste, protectionniste et patriote. L’Etat donne une direction ferme à l’économie, à travers une politique industrielle menée dans la durée. L’Etat protège son territoire national de l’anarchie commerciale. Et l’Etat favorise son industrie nationale, par un protectionnisme commercial et tout un ensemble de règles qui limite les importations quand il l’estime nécessaire.

En gros, le modèle de développement asiatique est l’exact contraire de la voie suivie par l’Europe d’aujourd’hui, libérale, libre-échangiste et supranationale. La divergence des taux de croissance donne sans doute une bonne indication de la pertinence des deux modèles…

Commentaires

Madame, Monsieur,


Veuillez remarquer ces quelques idées directrices de ma réflexion :


1) Le modèle asiatique est fondé sur la même logique productiviste et matérialiste que celui des pays occidentaux. Il n'est donc pas meilleur ou pire que le nôtre.Dans un monde qui connaît la finitude des ressources, la main d'oeuvre à 30 UDS / mois + énergie pas chère ( encore ) ne constituent pas la panacée durable.Au contraire, si les chinois persistent et signent, alors en moins d'une génération ils vont accumuler des dettes, tout comme les occidentaux. Evidemment, un modèle économique non-rentable ne peut qu'accumuler les dettes.


http://www.courtier-or.fr/int/images/stories/Depeches/Janvier_2/Courtier_or_mag_Janvier_II.html

2) Voyez-ici, le coté idéologique et borné du débat entre les protectionnistes et libre-échangistes :La question sera réglée d'elle-même par la finitude des ressources énergétiques ( notamment par la question des hydrocarbures ).C'est paradoxal à expliquer aujourd'hui ( Surtout dans les débats où l'on critique à outrance la finance et les méchants actionnaires ) mais le pays riche de demain le sera, parce qu'il ARRIVERA A IMPORTER POUR PAS CHER DES RESSOURCES DEVENUES TROP RARES ET INACCESSIBLES.


http://www.courtier-or.fr/int/images/stories/Depeches/Mars_2/La_Chine__votre_portable_et_les_terres_rares.html


La vraie question réside alors dans l'organisation globale de nos sociétés :Aucun mal ne peut prolifèrer sur un corps sain, les débats utopiques et fantasques autour de la finance ceci et cela fleurissent avant tout POUR NE PAS REMETTRE EN QUESTION LA REORGANISATION GENERALE, pourtant nécessaire. Mais comme certains, bien placés, risquent d'y perdre leurs postes, les boucs émissaires passent au pilori ( même-si les financiers modernes sont des vrais pillards et il y a des raisons légitimes en arrière-plan) et nous perdons énormément de temps précieux.Si cependant, nous continuons à traîner, la réorganisation viendra d'elle-même et là : Gare aux accidents révolutionnaires!


3) La chine est actuellement un très mauvais partenaire pour les pays de l'Europe, je vous rejoins sur ce point : REGARDEZ BIEN LA TETE DE PAPANDREOU SUR LA DIAPO N° 2 : Ca ne vous rappelle pas les photos des années 20 avec des officiels français en visite dans les colonies, montrant le chemin de la civilisation aux égarés ? :


http://www.courtier-or.fr/int/images/stories/Depeches/Juin_II/Juin_II.html


A bientôt et au plaisir de vous lire,

HSTUF M.

Écrit par : HSTUF M | 06/07/2010

Je ne suis pas si certain de l'existence du mythe libre-échangiste asiatique: j'ai toujours su (et c'est ainsi que l'on me l'a enseigné) que les modèles asiatiques étaient assez protectionnistes, à la suite du Japon. L'exemple de la Corée du Sud est à cet égard flagrant.

Bien pire, ce dernier pays a véritablement pratiqué le dumping (notamment dans la construction navale), perversion du libre-échange.

Écrit par : Tythan | 06/07/2010

Il y un mois nous avons failli avoir la démonstration de ce que la globalisation et la bipolarisation ChinAmérique peuvent produire de pire. Pour produire en Chine des ordinateurs et téléphones américains, les chinois ont émis la possibilité de la clause la plus léonine que l'on ait jamais vu " s'interdire de se suicider pour avoir un contrat de travail". Démonstration faite de la loi de la jungle. Quasi-totale omerta médiatique alors que le 17 juin 1940, ce fut la première arme de résistance individuelle de Jean Moulin. Pour quelles raisons protectionnisme et universalisme sont elles les modalités les plus adéquates à une société parce qu'elles correspondent à notre constitution. Notre cerveau est fait de neurones unipolaires et multipolaires et non de neurones bipolaires ou globaux. Notre corps est également fait d'une alternance de couches uniques et universelles. La mondialisation ne suppose aucune réciprocité de droits et de devoirs le contraire de l'universalisme.

Écrit par : Agnes | 08/07/2010

je suis tout à fait d'accord avec vos conclusions

Écrit par : luckyjeux | 17/09/2010

Je vous approuve pour votre article. c'est un vrai boulot d'écriture. Développez .

Écrit par : cliquez ici | 11/08/2014

Écrire un commentaire