13/09/2010

NDA en route vers 2012

Certes, Nicolas Dupont-Aignan n’a pas annoncé officiellement sa candidature pour l’élection présidentielle de 2012 lors des universités de rentrée de Debout la République, mais son discours était clairement le discours d’un candidat. Retour sur une fin de semaine patriotique.

Deux jours en famille

Après un passage aux universités de rentrée du MRC de Jean-Pierre Chevènement, samedi et dimanche ont été l’occasion de retrouver ma famille politique pour un moment de militantisme particulièrement réussi. En effet, ces quatrièmes universités de rentrée ont confirmé la montée en puissance du mouvement depuis 2007. Année après année, nous sommes plus nombreux à Dourdan et la grande salle, qui n’était pas remplie il y a trois ans, était totalement pleine, contraignants de nombreuses personnes à assister au discours de dimanche debout.

Et puis, quel plaisir de voir les militants, refaire le monde jusqu’à deux heures du matin…. Malgré tout, il y a une petite frustration à ne pas avoir plus de temps pour discuter. C’était un plaisir de voir les blogueurs en force RST, Malakine, David Desgouilles et Reversus (comme journaliste) ainsi qu’un nombre grandissant de jeunes, qui montrent la vitalité de notre mouvement. Les ateliers de samedi après-midi (dont celui sur la cohésion sociale) ont montré la grande richesse intellectuelle du mouvement. Bref, DLR va bien et se prépare pour la grande échéance de 2012.

NDA 2012

Et cela tombe bien car Nicolas Dupont-Aignan était en grande forme et semble avoir fait définitivement son choix. Sous les cris de « Nicolas, Président ! » il a entamé un discours particulièrement incisif, dénonçant la « présidence crocodile » de Nicolas Sarkozy, « grande gueule et petits bras ». Mais il n’a pas seulement porté ses coups sur la majorité, il a plus globalement critiqué l’UMPS, « l’Union pour le Maintien Perpétuel du Système » soulignant que la France avait besoin d’un changement de génération politique, des hommes nouveaux pour sortir notre pays de la situation dans laquelle il est.

Il a ainsi décrit les grandes lignes de son projet en faisant de très nombreuses propositions, notamment sur l’économie (sortie de l’euro, protectionnisme, possibilité de monétisation de la dette…) et la sécurité, en soulignant là encore que pendant que Nicolas Sarkozy s’agite et le PS s’émeut, les violences aux personnes ne cessent de progresser. Il a affirmé que s’il était élu en 2012, renouant avec la pratique gaulliste de la Constitution, il organiserait cinq référendums sur les principaux sujets qui touchent notre pays pour associer les Français à ce renouveau politique dont nous avons bien besoin.

Quel plaisir d’avoir passé cette fin de semaine à Dourdan avec les militants de Debout la République. Le chemin est clair : préparer l’alternative gaulliste et républicaine dont les Français ont besoin en ce début de 21ème siècle. Première étape en 2012. Rendez-vous pour le Congrès le 21 novembre !

Commentaires

Et notamment les référendums qu'il souhaite mettre en place !
Voilà un esprit républicain où le peuple est et restera souverain :)

Très bonne universités de rentrée en tout cas !

Écrit par : PP | 13/09/2010

Juste pour préciser les 5 référendums quand il sera au pouvoir (retour au franc, rétablissement des frontières, justice, éducation et fiscalité).

Une phrase qui m'a beaucoup plu "nous n'obéirons plus à la commission de Bruxelles"

Écrit par : A-J Holbecq | 13/09/2010

@Laurent

Je viens de lire le texte des propos de NDA qu'il a tenu lors de la clôture de l'université, mais il me semble qu'il manque quelque chose. Il y a certes tout un volé sur la protection commerciale et sur la nécessité de redresser la situation de notre balance commerciale, sur l'amélioration de notre compétitivité, même si je pense qu'il fait une erreur en utilisant ce terme. Mais il n'y a rien sur la relance intérieure. Il me semble qu'une mesure forte concomitante à la politique de protection serait un vaste plan de relance des salaires à l'image de ce que proposait il n'y a pas longtemps Patrick Artus. Il faut expliquer aux gens que si l'on veut du protectionnisme, si l'on veut sortir de l'euro tel qu'il est, ce n'est pas par chauvinisme latent, c'est pour pouvoir relancer les salaires. C'est à mon sens un point essentiel qui me semble absent ou invisible dans le texte proposer par NDA. Il faut mettre en avant une politique de relance salariale, couplée au protectionnisme, la vrai rupture et là. Car le protectionnisme sans ce volé ne sert à rien.

Vous pourriez proposez de dévaluer le francs de 30% après la sortie de l'euro plus une relance des salaires de 20% de façon à améliorer la balance des paiements tout en relançant la demande intérieure. Il me semble qu'il y a là matière à attirer l'électorat de gauche tout en satisfaisant celui de droite. Et c'est économiquement la seule porte de sortie réaliste à court terme. Car je ne crois pas que la France puisse tirer sa croissance comme le fait l'Allemagne uniquement par les exportation, même en dévaluant de 50%.

Écrit par : yann | 13/09/2010

Assez d'accord, Yann, sur ton analyse... mais les discours (et le programme) de NDA ont encore le temps d'être précisés.

Écrit par : A-J Holbecq | 13/09/2010

@ Laurent
J’ai été très impressionné par la qualité des interventions des intervenants de la table ronde. J’ai particulièrement apprécié Alain Cotta (il faut que je lise son bouquin) et j’ai trouvé très sympa, dusse ta modestie en souffrir, qu’il te complimente officiellement suite à ta prestation au MRC.
Bien évidemment cela m’a fait plaisir de te voir ainsi que Malakine et de pouvoir enfin rencontrer AJH. Je reste un peu perplexe sur cette idée de référendums qu’il a suggéré à NDA car je ne suis pas convaincu que la première chose à faire une fois élu soit de refaire voter les gens mais je suppose qu’il faut attendre de voir les modalités exactes à mettre en place.

Une autre source de satisfaction fut de constater que les jeunes étaient présents en force (ce que visiblement n’a pas vu la "journaliste" de Marianne2 qui a pondu un "article" pour le moins caricatural.)
C’est rassurant et encourageant cette présence de la jeunesse.

Et promis, je ne parlerai pas de ….

Écrit par : RST | 13/09/2010

J'imagine en effet que ça devait être un grand moment, dommage ,je n'étais pas libre ce we, ça sera pour une prochaine fois. Merci Laurent.

Écrit par : laurentD | 13/09/2010

@RST

Il me semble que pour sortir de l'euro, si l'on a pas d'autre choix, il faudra faire un référendum. Seul le peuple peut défaire ce qu'il a fait je pense évidement à Maastricht. Sinon le référendum est un outil pratique pour passer au dessus de certaines féodalités. Il ne faut pas en abuser, mais en cas de blocage donner la parole au peuple est le meilleur moyen d'avancer. Une vaste réforme de l'enseignement pourrait nécessité pareil méthode par exemple, bien sûr on ne gagne pas toujours un référendum.

Écrit par : yann | 13/09/2010

@ Yann

OK mais supposons que la sortie de l'euro soit dans le programme de NDA. Si il est élu, pourquoi faudrait-il ensuite faire un référendum sur le sujet ?
Mon inquiétude, qui n'est peut-être pas justifiée, c'est qu'il ne faut pas que l'abus de référendums donne une impression d'absence de programme.

PS: Tu es le dernier "penseur/blogueur" que je ne connais pas encore de visu. quand est-ce que tu montes à la capitale qu'on se boive une bière ?

Écrit par : RST | 13/09/2010

@RST

Je ne suis surement pas le seul à avoir proposé cette idée qui était d'ailleurs un peu plus complète: 5 ou 6 "Grenelles" préalables incluant des citoyens tirés au sort, sur les sujets choisis, dont les conclusions au terme étaient proposées à référendum, avec éventuellement des choix "d'alternative" (1, 2 ou 3 propositions sur la ligne politique).

Bien évidemment, la "ligne politique" des objectifs de ces Grenelles restait celle de NDA et du gouvernement; mais le peuple disposerait du pouvoir ultime de l'accepter ou de le refuser (et dans ce cas, on remet le travail sur le tapis...)

Mais nous sommes évidemment encore bien loin de pouvoir mettre en oeuvre ces référendums

Écrit par : A-J Holbecq | 13/09/2010

Vous avez canalisé les discussions de l'après-midi (atelier sur la nation et la cohésion) avec brio. Merci M. Pinsolle.

Par contre, on manquait un peu de temps pour approfondir le sujet et j'aurais aimé m'entretenir davantage avec vous, notamment sur le rôle de l'Europe, destructrice des nations, et sur l'éventualité d'une taxe Tobin (rapide discussion à la fin de l'atelier).

Écrit par : Perceval | 14/09/2010

@ Perceval

Merci. C'est clair que les discussions auraient mérité de continuer étant donnée leur qualité. Je vais voir ce que l'on peut faire pour les poursuivre.

@ Yann

Idée très intéressante, qui pourrait peut être couplée à celle de TVA Sociale / Contribution Sociale...

@ RST

Merci de rappeler le compliment d'Alain Cotta, qui m'a fait très plaisir. Mais c'est aussi grâce à toutes les joutes de ce blog que j'ai pu construire un tel argumentaire. Merci donc à toi et à tous les commentateurs.

Concernant les référendums, j'aime bien l'idée, que je trouve très gaulliste. Je crois qu'il ne serait pas un mal que ce qui a été fait par le peuple soit défait par le peuple. Le Général n'avait pas procédé autrement de 1958 à 1962 en faisant voter de nombreuses fois les Français...

Écrit par : Laurent Pinsolle | 14/09/2010

Encore faut-il qu'il ait les 500 signatures de maire qui seront publiées. Comme en 2007 le PS n'aura pas le sens politique de contribuer à les lui avoir ce qui serait de bonne guerre pour diviser ses adversaires.
La sortie de l'euro n'a de sens que si elle s'accompagne d'un protectionnisme européen voire national bien ciblé, négociée avec des partenaires victimes comme nous de l'euro fort, d'une dévaluation de combat (15%) et d'une augmentation équivalente des salaires trop longtemps comprimés pour remettre en marche l'activité économique et favoriser une croissance d'au moins 5% le tout favorisant le financement de la protection sociale (les charges selon le patronat). Ces chiffres sont données à titre indicatif, à moduler selon la conjoncture et les objectifs. Monétiser la dette et ne pas avoir peur de faire de l'inflation, temporairement, reprendre le contrôle du crédit par quelques nationalisations. En tout cas s'imposent celle de France-télécom, La Poste, EDF, et GDF avec ou sans Suez.
Bref pour reprendre le mot de Danton "pour vaincre il faut de l'audace, encore de l'audace, et toujours de l'audace".

Écrit par : cording | 14/09/2010

Deux remarques.
A deux ans des présidentielles, je trouve à la fois prématuré et désinformant de consacrer des articles à l’éviction ou non du locataire de l’Elysée. Il y a des impératifs de gauche, ici et maintenant. Faire retirer le projet retraite, imposer une autre politique que celle de la stratégie du choc qu’applique la racaille UE et ses maîtres financiers.

Deux, je ne vois pas en quoi l’arrivée d’une pseudo-gauche changera les problèmes fondamentaux de la démocratie, et surtout la prorogation du système économique propement criminel que les socialistes ont appelé de leurs voeux et largement installé dans le pays avec Jospin et qu’ils adorent toujours, parce qu’ils ont leurs armoires secrètes pleine d’euros, parce qu’ils ont leur Mery, parce qu’ils sont dans un système de réprésentation qui fait d’eux des nobles, dont nous sommes les servants et la chair à canon.

Écrit par : sud ouest | 15/09/2010

@ Cording,

Je crois que le ton du discours de dimanche était très cohérent avec ta citation de Danton.

@ Sud Ouest

L'alternative ne viendra pas de Nicolas Sarkozy, c'est clair, mais pas plus des socialistes, que le Général de Gaulle disait "ne pas aimer parce qu'ils ne sont pas socialistes". Le cas Jospin n'est pas isolé. Le virage date de 1983, du gouvernement Mauroy. Frédéric Lordon montre bien à quel point tous les gouvernements socialistes ont largement contribué à l'établissement du nouvel ordre néolibéral.

Écrit par : Laurent Pinsolle | 16/09/2010

Bravo pour votre campagne,continuez,je crois en vous et en vos idées comme beaucoup de français.Je voterai pour vous,dans l'espoir que des candidats tel que vous puissent faire changer les choses etablies.Ne lachez rien,et pensez dès maintenant à 2017.Encore bravo.

Écrit par : lavay | 19/04/2012

Écrire un commentaire