19/02/2011

Mettre fin aux parasites fiscaux

Je cherchais depuis longtemps un terme alternatif à opposer aux « paradis fiscaux ». Il faut reconnaître aux néolibéraux un grand sens de la formule. Le qualificatif de ces Etats-sangsues qui accueillent trop volontiers l’argent sale est beaucoup trop positif. Sus aux parasites fiscaux !

Une réforme en trompe l’œil

C’est soi-disant une des réussites majeures du G20. Les parasites fiscaux n’existeraient plus, comme l’affirme un peu rapidement l’OCDE. Malheureusement, le diable se cache dans les détails, et les pays qui étaient encore considérés comme faisant partie des parasites fiscaux n’ont eu qu’à signer une douzaine de conventions de partage d’information avec d’autres pays pour sortir de la liste. Le hic, admis par l’OCDE, est qu’il est possible de signer ces conventions avec un autre parasite fiscal.

En clair, il suffit à Monaco de signer des conventions avec Andorre, le Liechtenstein, les Iles Caïmans et quelques autres sangsues dorées pour ne plus apparaître officiellement comme un parasite fiscal. Pourtant, comme le rappelait le Monde il y a deux ans et demi, pas moins de 40% de l’argent qui y transite serait d’origine criminelle et ces parasites feraient perdre à la France la bagatelle de 30 à 40 milliards d’euros de recettes fiscales dont nous aurions bien besoin…

Pourquoi il faut agir

Quelques néolibéraux dans l’âme soutiennent que ces Etats apportent une concurrence bienvenue et tendent à réduire les excès fiscaux. Voilà une vision bien naïve des choses. Dans les faits, les parasites fiscaux ont un double « intérêt ». Premièrement, ils permettent aux organisations criminelles et mafieuses de s’intégrer dans l’économie mondiale, d’avoir des comptes bancaires discrets qui leur permettent de recycler de l’argent sale et de vivre plus facilement.

Deuxièmement, ces Etats permettent à de riches particuliers (notamment les sportifs et les stars) ou aux multinationales d’échapper à l’impôt du pays où ils vivent ou font des affaires. Comme ces parasites sont en général assez petits, ils peuvent fonctionner avec des niveaux d’impôt beaucoup plus faibles qu’ils compensent largement en attirant un nombre totalement disproportionné de riches contribuables ou de multinationales en recherche de fiscalité légère.

Que faut-il faire ?

Il est absolument essentiel de faire disparaître ces parasites qui contribuent à déconstruire le principe même de solidarité nationale ou de progressivité des impôts, aboutissant à des systèmes fiscaux où les plus riches finissent par payer moins en proportion de leur revenu que les moins riches. Bien sûr, payer un million d’impôts est une énorme somme, mais quand on en gagne le double, cela laisse tout de même des revenus équivalents à près de 80 SMIC…

Il n’y a pas trente-six solutions pour mettre fin à ces parasites, si l’on exclut les chars ou les Rafale (quoique ?). La première consiste à mettre fin à la libéralisation des mouvements de capitaux. Forcément, si les capitaux peuvent circuler librement et que quelques parasites conservent un secret bancaire, alors, la porte est ouverte pour tous les excès. Il ne s’agit pas d’interdire les mouvements de capitaux en dehors des frontières nationales, mais de les encadrer et les suivre.

Bien sûr, Andorre, Monaco, la Suisse et quelques autres Etats parasites ne seront pas contents. Mais aujourd’hui, nous les laissons profiter du  système comme des sangsues, sachant pourtant qu’il serait intenable que les fiscalités nationales s’alignent sur les leurs. S’ils ne coopèrent pas, libre aux autres Etats de faire un blocus (comme le Général l’avait fait avec Monaco dans les années 60) ou de considérablement restreindre tout échange avec ces parasites.

Le dogme de la liberté de circulation des capitaux, des hommes et des marchandises est un poison qui a permis le développement des parasites fiscaux. C’est seulement en restreignant cette liberté de mouvement radicalement que l’on pourra y mettre fin.

Commentaires

Sur certains sujets, vous partez dans des délires hallucinant, donnez à des politiciens le pouvoir de tout surveiller tous contrôler.

Dans un pays ou le travail au noir (ou devrait-on dire le travail libre ?) est un sport national, ça fait doucement rire.
Chaque contribuable cherche a fuir les "impôts citoyens" dans ses petites affaires quotidiennes en particulier les fonctionnaires de l'EdNat, ce qui a poussé le gouvernement à baisser les impôts des services de cours particuliers à domicile.

Au passage vous vous faites champion "Gauliste" (HUMM...) de la souveraineté nationale, mais vous vous proposer allégrement de violer celle des autres y compris votée par référendum le peuple en suisse qui est loin de ressembler à notre oligarche.

Bien entendu l'argent sale ne peut être qu'en Suisse et autres paradis fiscaux.

Il n'y a pas d'argent sale en France Ho NOONN !

Pas de relations incestueuse entre le gouvernement et les cleptocrates d'Afrique du nord ou d'ailleurs.

Pas refinancement de guerias et de ventes d'armes avec rétro-commissions pour financer les partis.

Pas de corruption pour l'installation d'une grande surface, pour rendre un terrain en constructible, pour obtenir un permis de construire, etc.

Si des fils 'de' se font 'élire' président de tels gros organisme immobilier des hauts-de-seine, c'est par pur hasard, rien à voir avec une quelconque histoire de clan familiale et ou partisan.

Quand la suisse à demandé à l'EU de bloquer le clan Kadaffi du fait de deux citoyens suisse kidnappés, la France et l'Italie ont fait pression contre.

Oui la France est un paillasson pour dictateurs.


Avant de donner des leçons de haut à des pays dont la classe politique est bien moins corrompue qu'en france, vous devriez faire la preuve que vous êtes capable de nettoyer un minimum les écuries d'Augias que sont la france.

Écrit par : ALF | 19/02/2011

Alf

Assez d'accord sur la corruption qui fait sa loi en France, dans les domaines publics mais aussi privés.

Il y a un grand ménage à faire...

Écrit par : olaf | 19/02/2011

Après avoir envahi Monaco et bombardé la Suisse, il faudra régler son compte à la reine d'Angleterre, de la City et de quelques autres lieux. Comment proposez-vous de procéder ?

Écrit par : Marsault | 19/02/2011

Laurent, très bon article
Et ce n'est pas parce que, comme nous l'explique Alf (comme si nous ne le savions pas) il y a - aussi - du ménage à faire chez nous (et je rajouterais "dans le système bancaire") qu'il ne faudrait rien faire vis à vis de ces PARASITES fiscaux (excellente trouvaille)

Écrit par : A-J Holbecq | 19/02/2011

@ Alf et Marsaut

Ce n'est pas parce qu'il y a du ménage à faire chez nous qu'il ne faut pas s'occuper du cas des "parasites fiscaux"...

Monaco et autres peuvent faire ce qu'ils veulent, mais nous aussi. Libre à nous de rétablir un contrôle aux frontières très strict sur tous les mouvements de capitaux, de personnes ou de biens. Aujourd'hui, nous laissons ces sangsues vampiriser les ressources fiscales des grands états passivement (puisqu'il y a liberté de circulation des capitaux notamment). Il faut donc réagir très fermement. L'Allemagne semble être sur la même longueur d'onde. C'est à nous de décider souverainement d'une politique différente vis-à-vis de tous ces parasites fiscaux (y compris vis-à-vis du Luxembourg, de la Belgique ou du Royaume-Uni s'il le faut).

La France étant un pays avec un taux d'épargne de 16%, un contrôle des changes ne poserait pas (trop) de problèmes.

Nous pourrons revenir à une plus grande liberté une fois un certain nombre de règles mises en place.

@ A-J H

Merci.

Écrit par : Laurent Pinsolle | 19/02/2011

Laurent

Je me réjouis de voir que tu considères toutes les options, y compris les chars et le Rafale ;-)

Écrit par : RST | 19/02/2011

@A-J Holbecq & Laurent : "Monaco et autres peuvent faire ce qu'ils veulent, mais nous aussi. Libre à nous de rétablir un contrôle aux frontières très strict sur tous les mouvements de capitaux, de personnes ou de biens. "

Vous n'avez nul droit de piller vos compatriotes, ni les autres d'ailleurs.

La différence est d'ordre morale, vous considérez le racket comme une activité normale tout a fait acceptable pour un gouvernement.
Ceux qui considèrent le racket comme du ... racket ... c'est à dire une activité criminelle comme le sait tout enfant qui en à été victime, sont donc vos adversaires politiques.

Avec votre immoralité présent, vous auriez fait parti plus jeune des racailles qui piquent téléphones et blousons avec usage de la VIOLENCE si nécessaire.
Comme cette variante la :
http://www.merinews.com/upload/thumbimage/1227441410936_pirates%5B1%5D%5B1%5D_t.JPG
Mais avec une cravate comme le ... du pouvoir d'achat:
http://www.dailymotion.com/video/x77lmb_orange-sfr-bouygues-le-racket-franc_news

Les gens sensés et honnêtes voient tous les avantages à la concurrences fiscale tant entre pays qu'entres communes.
Elle assure des services publiques meilleurs à un tarif plus bas, les impôts deviennent des contributions, d'autant plus légitimes que la concurrence et FORTE.

Si vous avez des problèmes de fuite d'argent, c'est juste parce que votre votre gestion publique et nulle et l'ASSIETTE de vos impôts inadaptée.

Évidement si les taxes étaient prélevées disons sur une base immobilière par exemple pour éviter l'évasion, plutôt que sur des impôts "invisibles", les gens verraient à quels point les services publique sont couteux et inefficaces, y compris pour porter secourt aux plus pauvres. L'escroquerie demande de la DISCRETION.

Le système de prélèvement que vous défendez ne fait que faciliter la corruption par son opacité et son importance.
La corruption publique des "élites" comme le chômage ne sont PAS un hasards ils en sont le résultat direct.

Les PARASITES, sont ceux qui comme vous veulent transformer les États en bandes armées contre leur peuple, quitte à se mettre en cartel (mondial si possible) pour empêcher les gens de vous fuir.

Vivement le référendum d'initiative populaire que l'on puisse virer les gens comme vous.

Écrit par : ALF | 19/02/2011

@Alf
Vous devenez vraiment excessif ... mais j'approuve "Vivement le référendum d'initiative populaire"

Écrit par : A-J Holbecq | 20/02/2011

@ Alf

Vous avez beaucoup de chance de pouvoir vous exprimer sur le blog d'un honnête homme qui ne vous censurera pas, malgré vos insultes. Cela vous évite d'avoir à vous payer une psychanalyse !

Écrit par : RST | 20/02/2011

@A-J Holbecq & RST


Il y a en France un climat de haine contre le "capitalisme" qui est proprement hallucinant, touche tous les partis et conduira un jour a des lynchages ou des meurtres. Comme responsable politique, Laurent se doit de ne pas attiser ces haines.


Si cela ne tenait qu'a moi, je cesserais de les appliquer au peuple les lois contre la liberté d'expression. Mais je les réserverais à la classe politique et j'y ajouterais "à raison de la classe sociale ou de la fortune" en plus des autres critères.


C'est le manque d'habitude de certaines comparaisons qui vous choquent. L'impôt, c'est du vol, en cravate avec un bulletin de vote et la police ou en treillis avec un flingue. Et les taux sont tout à fait excessifs, destructeurs et appauvrissants pour tous.


Seul une forte concurrence fiscale lui donne une légitimité acceptable et dans ce cas je l'appel contribution comme dans la DDHC), ça devrait être la norme et tout le monde s'en proterait mieux.


Je n'empêche personne de vivre dans un kibboutz, je trouve même parfaitement honorable de choisir un mode de vie différent pour sois. Si les socialistes voulaient mettre tous leurs revenus et biens en commun dans une association ou créer des dizaines de milliers de scoop, j'en serais ravi, mais on attend toujours la preuve de leurs convictions dites "solidaires".


Mais les atteintes à la liberté sont inacceptables. A ce titre Sarkozy est absolument un socialiste et pour cette même raison, il est hors de question que je vote pour lui.

Écrit par : ALF | 20/02/2011

@ RST

Je crois que la lecture de certains commentaires est très révélatrice, notamment dans le cas présent.

@ Alf

Je ne vois pas en quoi la remise en place d'un contrôle des mouvements de capitaux, des biens et des personnes est comparable avec du racket. Tout le monde accepte de montrer sa carte d'identité pour aller dans un avion. La liberté sans la moindre limite, c'est surtout la loi de la jungle à mon sens

Je suis d'accord qu'il y a une méfiance grandissante des Français à l'égard du capitalisme (méfiance déjà forte culturellement qui se renforce avec la crise). Mais ce n'est pas en acceptant les dérives du capitalisme ou ne faisant rien qu'on améliorera cela. Je suis favorable à l'économie de marché et au capitalisme. Je crois que c'est le meilleur moyen de libérer la créativité des hommes. Néanmoins, quand on laisse agir les lois des marchés de manière sans entrave, il y a des effets pervers majeurs qu'il faut absolument dénoncer et combattre vivement.

C'est bien parce qu'il y a des parasites fiscaux où les banques Françaises travaillent que les citoyens ont une méfiance à l'égard du capitalisme. C'est bien parce qu'on aide les banques sans rien leur demander en retour, parce que les profits des multinationales sont revenus en quelques mois à leur plus haut alors que les ménages souffrent encore qu'il y a une méfiance dans un système qui apparaît aussi inefficace qu'injuste et instable.

Le capitalisme des 30 Glorieuses était un capitalisme à la fois plus stable, plus juste et plus efficace. Il faut absolument revenir sur les excès de la déréglementation pour sauver le capitalisme de ses excès.

Et de toutes les façons, ce n'est pas très compliqué, à long terme, soit les capitalistes alternatifs (NDA, Chevènement et leurs successeurs) prendront le pouvoir soit ce seront des anti-capitalistes. Notre destin, c'est Lula ou Chavez. Les pays européens auront besoin de Lula pour ne pas tomber dans les mains de Chavez...

Écrit par : Laurent Pinsolle | 20/02/2011

@Laurent : "Le capitalisme des 30 Glorieuses était un capitalisme à la fois plus stable, plus juste et plus efficace."

Incontestablement, il y avait d'ailleurs sensiblement moins de prélèvements obligatoires de toute sorte.
Breton Wood (très imparfait) disciplinait plutôt "bien" les banques centrales de 49 à 72 du fait de la contrepartie $or.

http://www.france-inflation.com/inflation-depuis-1901.php


@Laurent : "Il faut absolument revenir sur les excès de la déréglementation pour sauver le capitalisme de ses excès."

C'est une erreur d'approche, la réglementation est pléthorique et nuisible et contournable. Le problème est très clairement la responsabilité. Les facteurs politiques de destruction de la responsabilité bancaire sont multiples et celui sur le quel j'ai publié n'en est qu'un. Elle est écrite dans la loi et cela doit être corrigé.

Notamment la possibilité d'endettement de l'Etat.

La SA, née des privilèges étatiques au 18eme, puis généralisée il y à 160 ans en Angleterre, 150 en France, dans un contexte d'état peu interventionniste est incompatible avec l'Etat providence. Souvent de belle taille, quand elle doivent faire faillite elle représente un risque politique trop important pour un élu.

http://tinyurl.com/MADROLLE-SARF

Écrit par : ALF | 22/02/2011

"Parasites fiscaux", le terme est vraiment bien choisi, par contre, je n'irais pas jusqu'aux chars ni aux rafales (hum hum....). Pour donner mon avis sur un peu tout ce qui a été mentionné, je dirais qu'aucun pays n'est exempt de corruption, pas plus la France qu'un autre, et que ce n'est cela dit pas pour cette raison qu'il faudrait ne s'occuper que de notre petit nombril, d'autant plus que la situation est internationale et que les intérêts des uns et des autres sont plus qu'entremélés.

Alors oui, il faut se débarrasser de la corruption financière en France, mais il faut aussi faire quelque chose pour les paradis fiscaux un peu partout dans le monde, qu'ils soient proches comme l'Andorre ou Monaco (oui oui oui!!) ou lointains comme les Iles Caïmans. Je pense qu'agir seul et en ne prenant en compte que sa propre personne ou son propre pays n'est clairement pas la solution à long terme, et encore moins de nos jours où tout est mondial.

Écrit par : MarcDa | 28/02/2011

@ Alf

Il y a beaucoup de micro-régulations et pas assez de macro-régulations (encadrement des mouvements de capitaux, de biens et de personnes).

@ MarcDa

Merci. Je partage votre point de vue. Clairement, la France doit balayer devant sa porte. Le Général de Gaulle avait procédé à un blocus de Monaco en son temps...

Je ne suis pas sûr en revanche qu'il faille compter sur une solution mondiale. Au contraire. Lordon souligne justement que "la gouvernance mondiale est le plus sûr moyen d'avoir la paix, à savoir pas de gouvernement du tout...". Seul un réveil des Etats et le retour à des frontières pour les mouvements de capitaux permettront d'assainir la situation.

PS : vous pouvez reprendre l'expression si cela vous intéresse.

Écrit par : Laurent Pinsolle | 28/02/2011

Au lieu de cracher sur la Suisse, vous feriez bien de vous intéresser à ceux qui donnent des leçons de morale à tout le monde sans les appliquer à eux-mêmes: les USA

http://www.swissinfo.ch/fre/A_La_une/Archive/Secret_bancaire:_la_Suisse_battue_par_le_Delaware_et_le_Luxembourg.html?cid=1174622

A l'heure où les magouilles des Français sont un sport national - on ne compte plus les politiciens ayant eu maille à faire avec la justice, et nombre de Français s'enorgueillissent d'avoir pu se jouer du fisc, voici un Français qui tire encore à boulets rouges sur la Suisse. Vous feriez bien de vous demandez POURQUOI vos compatriotes ne veulent pas payer leurs charges en France, et si le système français n'est pas lui-même une arnaque validée par vos lois. Faites donc SIMPLEMENT un jour la différence entre une fiche de salaire helvète et une fiche de salaire française, à ce moment-là vous comprendrez que votre 'France' se fout de votre gueule.

"sachant pourtant qu’il serait intenable que les fiscalités nationales s’alignent sur les leurs" Ah bon et pourquoi cher Monsieur? Parce que votre pays est un pays à la déroute, où tout, absolument tout, est subventionné! Vous n'êtes pas fichus de progresser alors vous en voulez aux autres. Simple complexe d'infériorité d'une personne qui se complaît dans sa boue au lieu d'évoluer et de faire le ménage chez lui.

Et puisque vous aimez tant cracher sur la Suisse, je vous rappelle qu'un nombre extrêmement important de frontaliers français trouvent aujourd'hui du travail dans ce pays, mettant les travailleurs suisses en concurrence directe pour un même poste, faisant pression sur les salaires, squattant les routes et les infrastructures helvètes. La libre-circulation ne se fait que dans un sens puisque votre chômage est tellement critique. Pourquoi donc la Suisse devrait-elle subir votre chômage alors que votre arrogance est sans limite à son égard ? La France trouve ainsi un excellent moyen de LIMITER son chômage dans ces zones tout en se remplissant les poches avec les salaires helvètes (accords de fiscalité France/Suisse) Et que dire de l'immigration criminelle et hyper violente qui provient de France, les bandes marseillaises et lyonnaises, et qui fait des ravages dans les cantons frontaliers? Cela a aussi un coût pour l’Helvétie tout en imposant une situation inadmissible ! Vous n’êtes pas capables d’endiguer votre immigration qui vous cause tant de déficit et d’insécurité et vous en faites profitez les autres ? Mais cessez donc de pleurnichez et demandez des comptes à votre gouvernement au lieu de bavez sur le système voisin.

De surcroît, en pleine crise, la France continue de donner des centaines de millions chaque année à des ‘pays en voie de développement’. Demandez donc à vous dirigeants de quel droit ce fric s’évapore DE MANIERE LEGALE dans ces pays qui bien souvent vous méprisent. Et que dire de toutes vos associations anti-racistes et autres organisations communautaires qui sont subventionnées ? De la sécurité sociale saignée par vos immigrés ? De vos infrastructures scolaires et autres hôpitaux vandalisés dans les zones de non droit ? Vos spécialistes parlent d'un coût de l'ordre de 18 milliards d'euros chaque année. Vous ne désirez pas en parler ?

Jamais vous ne vous offusquez de ce que vous imposez aux autres, jamais vous ne vous remettez en question.

De même, votre article ne tient pas compte de tous les efforts consentis par la Suisse ces dernières années :

http://reduitnational.com/?p=16841

Avant de juger, posez-vous les bonnes questions !

Écrit par : ced111 | 25/02/2012

Écrire un commentaire